LES SPECTACLES À L'AFFICHE

" Une Évocation de Marcel Pagnol "

À partir d’une (hypothétique) émission radio sur Marcel Pagnol, nous évoquons l’homme et sa vie, ses œuvres et ses films, son univers et sa poésie. C’est un voyage guidé, un survol de la « Maison » Pagnol, les réflexions de l’écrivain, ses souvenirs d’enfance, ainsi que les nombreux films qu’il a tournés en tant scénariste et réalisateur.

Le spectateur est accueilli dans ce qui peut ressembler à un studio d’une radio fictive.

À partir des conventions et codes radiophoniques à l’antenne (micros, silences, musiques, interviews, extraits joués, témoignages recueillis, publicités, réactions des auditeurs, prises d’antenne…) ainsi que le « hors antenne » pendant lequel les deux animateurs/acteurs sollicitent la participation du public pour commenter des propos, réajuster des interventions, préciser certains détails ou préparer et évoquer des ambiances improbables, on explore de façon informelle et imagée, presque spontanée, le passé et l’œuvre de Marcel Pagnol. 

 

« Pagnol est puissamment français, puissamment provençal, puissamment méditerranéen, et c'est cela qu'il avait de particulier à apporter aux autres. On est universel par ce que l'on apporte aux autres. Avec talent, avec génie ; eh bien, il avait les deux. » Maurice Druon. Écrivain et homme politique.

 

« C'est cela la leçon de Pagnol : en sortant d'un de ses films, on est heureux. Parfois même on se croit meilleur. » Jean-Charles Tacchella. Réalisateur de cinéma.

"UNE ÉVOCATION", la rencontre / présentation.

Deux animateurs/acteurs animent une émission radio sur Marcel Pagnol, à l’aide de micros, de musiques singulières. Ils évoquent et illustrent quelques extraits des œuvres (filmiques et romanesques) de l’auteur, entrecoupées de publicités d’une certaine époque, apartés hors antenne en complicité avec le public et de réalités théâtrales évidentes et instantanées.

C’est un hommage simple et émouvant, amusé et amusant. 

"UNE ÉVOCATION", spectacle tout public et tout terrain.

Conçu pour être jouer dans tous lieux informels et associatifs : bibliothèque, médiathèque, simple salle associative, etc...

Durée 1 h.

Suivi d’une rencontre/débat avec le public sur l’univers de Pagnol.

Programmé en amont d’une représentation d’Angèle, il introduit parfaitement l’œuvre de Marcel Pagnol.

Techniquement autonome.

Galerie Photos
IMG_8180
Photo UNEVOC 1
IMG_8319
IMG_8156
IMG_8303
UNEVOC 4
Photo UNEVOC 5
Photo UNEVOC 2
Photo UNEVOC 7
IMG_8213

" La Chèvre de monsieur Seguin " d'aprés  Alphonse Daudet

" Le Dernier des Hommes" F.W. Murnau

Production : Cartoun Sardines Théâtre.

Adaptation /mise en scène  : Patrick Ponce

Avec : Daphné Clouzeau et Stéphane Gambin

La Trame
C’est une transposition de l’œuvre écrite par Alphonse Daudet en 1869  dans «Les Lettres de Mon Moulin».
Blanquette, chèvre docile et caressante, est chanteuse et musicienne.
Mr Seguin, paysan ermite, poète et parolier, lui écrit des chansons depuis sa naissance. Il la croit heureuse et comblée mais elle s’ennuie à chanter chaque jour pour les mêmes fleurs. Un jour, elle s’échappe et prend la route. De villages en bourgades, elle se produit où bon lui semble et broute où ça lui plaît. Vive la liberté… À l’orée d’une ville, le loup prend l’aspect d’un séduisant et sournois impresario, avide de profit et d’argent. Il lui promet le succès.
La chèvre, devenue Blanquette Super Star, fait le tour des plus grandes scènes du monde. Mais cette vie itinérante et soumise l’incommode et l’ennuie... Elle regrette son champ natal. Saura-t-elle trouver la force pour se libérer de l’empreinte de son prédateur ?…

 

Les Formes
Les 3 personnages principaux (Blanquette, Seguin et le Loup) sont caractérisés dans le travail du clown.
Les formes du récit sont diverses : Le théâtre d’objets, la vidéo, la danse, le chant et le théâtre…
La musique et les chansons sont jouées en direct. Elles seront le lien de complicité en interaction directe avec le jeune public, rendant les textes et le langage de la chèvre (en grommelot traduit, puis en français), proches du théâtre clownesque, si généreux et fusionnel...


 

" Le Dernier des Hommes" F.W. Murnau

Le Dernier des hommes, tourné à Berlin en 1924, consacre le talent de F. W. Murnau comme metteur en scène. Celui-ci multiplie les techniques les plus innovantes pour représenter la ville et le décor urbain, mélange d’artifices et de bribes de réalité, atteint un rare degré de vérité. La mise en scène rend compte à la fois d’un rythme, d’une vitalité, d’une euphorie proprement urbaine, mais révèle aussi l’autre visage de la ville dans ce qu’elle a de plus cauchemardesque.

Se glisser entre la pellicule et le spectateur, oblige à un respect de l’œuvre, à une délicatesse de chaque instant. Mais une distance paraît nécessaire dans le traitement des sentiments des personnages, de leurs paroles inventées ainsi que de leurs réactions. Le charme désuet de l’histoire et des situations, le montage et le rythme des images, les prouesses ou les maladresses techniques du réalisateur ou du caméraman, sont autant de pistes de jeu pour créer des instants particuliers. Aussi bien, l’exploitation scénique de la projection même du film devant le spectateur, devient un imaginaire commun et théâtral.

Notre but n’est pas simplement de doubler, d’accompagner ou d’illustrer mais de raconter et de transcender l’histoire du film ; inventer les coulisses du tournage, faire ressortir l’humanité universelle et recréer l’univers sonore des images muettes, aujourd’hui, dans cette salle, devant ce public, grâce à la musique et au théâtre.
Notre version devient singulière, inattendue, spectaculaire…
Le film se transforme en une partition intégrant musique et théâtre, dont les trois protagonistes jouent les nuances et les sensibilités. Tout est tempo…

"Cartoun Sardines Théâtre fait revivre le cinéma muet ..."

"Le spectacle est totalL..."

"Le Cartoun Sardines donne une formidable fraîcheur au cinéma muet de Murnau..."

Synopsis…

Le portier de l’Atlantic, sanglé dans son uniforme rutilant, vaque à ses solennelles occupations devant la porte tambour du luxueux hôtel. Mais une malle à porter jusque dans le hall, la fatigue qui le terrasse alors, le verre de vin qu’il boit pour se restaurer, l’oeil du gérant qui surveille la scène vont le condamner à renoncer à son uniforme.

Il est alors chargé de s’occuper des lavabos, véritable déchéance à ses yeux, qu’il vit comme un drame, sous la risée de ses voisins…

          

« Le plus stupéfiant dans Le dernier des hommes, c’est la capacité qu’a Murnau à faire entendre dans un film muet, par la musique des images, la folie d’un monde qui vacille. 1924. Folie des fortunes qui se font et se défont à une vitesse vertigineuse à la loterie de la Bourse sur le dos d’une Allemagne ruinée. André Breton publie le Manifeste du surréalisme. Kafka meurt. Les bruits de bottes des périls à venir sont tout proches. »

Les InRocks

 

“Le dernier des hommes est une œuvre d’une force incomparable qui émeut parfois jusqu’aux larmes. Ce genre de découverte prend une place importante dans la vie d’un cinéphile“.

Galerie Photos
IMG_2830
IMG_2712
IMG_2670
IMG_2667
Le dernier des hommes 11 - copie
90090900_o
Le-dernier-des-hommes_scale_762_366 (1)
IMG_2433 - copie

Extraits de presse…

“Une véritable prouesse dramatico-comique-jubilatoire ! A voir, à déguster et à méditer sans modération“. PerformArts

 

UN SPECTACLE RÉUSSI A MONTRER DANS TOUT L’HEXAGONE ET AU-DELÀ ! SORTIR ici et ailleurs

 

“Les images défilent sur l’écran. Elles sont d’une beauté crépusculaire“. Les Dernières Nouvelles d’Alsace

Mettre une bande-son sur un film vintage muet : le procédé n’est pas nouveau, mais poussé à la perfection, comme le fait la compagnie Cartoun Sardines Théâtre, cela rejoint la prouesse technique. L’Alsace

« Cartoun Sardines Théâtre fait revivre le cinéma muet... Non seulement les trois acteurs respectent l’œuvre, mais ils lui donnent une dimension supplémentaire… Ce n’est pas un simple doublage, mais une re-création. Et le spectateur oublie souvent les comédiens : il n’a plus à faire qu’à un seul spectacle. » La Provence

 

LE SPECTACLE EST TOTAL.

« Les yeux ajustent un va-et-vient essentiel à la compréhension totale de ce qui se déploie dans sa dimension la plus complète : on regarde un film muet, on entend le moindre des sons qui l’habillent. Le Cartoun Sardines donne en spectacle le Dernier des hommes dans une version théâtrale toute personnelle et particulièrement jouissive ! » Zibeline

 

LE CARTOUN SARDINES DONNE UNE FORMIDABLE FRAÎCHEUR AU CINÉMA MUET DE MURNAU !

“Le voyage est fort agréable, on se laisse séduire par le contraste de l’histoire et le ton enjoué du spectacle“. La Provence

  • YouTube Social  Icon
Vidéo

" Faust " F.W Murnau

Ciné-théâtre avec le film de W.F Murnau

La musique annonce le film.

Puis, le film commence, emporté, tenu par la note tendue vers l’image.

Sur scène, deux musiciens réagissent, dialoguent et transcrivent leurs émotions.

Un acteur interprète les personnages du film, s’identifie. Il entre et sort du film comme Méphisto entre et sort du mur. La magie opère… Il entraîne le spectateur à sa suite, à son rythme.
Conversation multiple, tous s’expriment à tour de rôle ou simultanément, le comédien, les musiciens et l’image.

Le film de F.W. Murnau : Chef-d’oeuvre du cinéma expressionniste allemand (1926).
De tous les cinéastes, Murnau est peut-être celui qui a su organiser l’espace de ses films de la façon la plus rigoureuse et la plus inventive. La puissance de l’expression plastique prend manifestement le pas sur l’anecdote, en ce drame connu de tout spectateur.
Les contemporains l’ont goûté, et nous le goûtons nous-mêmes comme une sorte d’opéra visuel, la mise en scène y tenant lieu de partition. Eric Rohmer

Donner une vie théâtrale au film, c’est pénétrer dans une « cité interdite » dont il est essentiel de respecter le cœur.
La présence de l’acteur et des musiciens, offre une partition sonore originale et idéale.
Comme un défi extravagant aux genres et à l’humain.
S’introduire dans le rythme sonore des expressions et le silence tragique des émotions devient une source inépuisable pour la voix, le corps, les bruitages et la musique.
L’acteur interprète Faust et Méphisto, il renforce par cette interprétation double et unique l’ambiguïté des deux personnages. Il interprète Marguerite aussi, bien sûr. Et cette voix douce de fausset fait entendre toute la tendresse de l’interprète même.
C’est un jeu délirant de miroir, mélange de dérisoire, de vérité et d’émotion.

Faustz01
Faustz04
faust#2[2]
22514405014_e80d7af0ef_b
Galerie Photos
IMG_8213